Vie quotidienne

Inégalités dans la prise en charge et le suivi des femmes

À l’occasion de la Journée Internationale de la Femme, la Fédération Française de Cardiologie rappelle son inquiétude face à la situation alarmante de la santé cardiaque de la femme et invite à la mobilisation de tous pour un Plan Cœur.

Les femmes sont les premières victimes des maladies cardio-vasculaires (1ère cause de mortalité chez les femmes, les + de 65 ans et la deuxième chez les hommes).

La Fédération Française de Cardiologie rappelle qu’au-delà d’être moins protégées, les femmes sont aussi moins bien dépistées. Elles sont prises en charge plus tardivement et se remettent plus difficilement d’un accident cardio-vasculaire…
« Il est impératif de conseiller aux femmes et aux médecins qui les suivent d’être particulièrement attentifs aux trois phases clés de la vie hormonale : première contraception ou son renouvellement, grossesse etménopause…», affirme le Pr Claire Mounier Vehier, cardiologue et 1èrevice-présidente de la FFC. « Ces vingt dernières années, le mode de vie des femmes est devenu comparable à celui des hommes. Des mauvaises habitudes comme le tabac, la consommation d’alcool, le manque de repos,un stress accru entre la vie professionnelle et la vie familiale, ainsi qu’un ressenti de solitude chronique peuvent nettement favoriser la survenue d’un accident cardiovasculaire chez la femme » explique Claire Mounier-Vehier

Les pistes de la Fédération Française de Cardiologie face à ce fléau naissant

Depuis 3 ans, la FFC a entrepris des démarches pour un Plan Cœur en organisant plusieurs Etats Généraux dont celui ayant pour thème : « Mieux prendre en charge les femmes, ces grandes oubliées ».
Plusieurs pistes concrètes ont été retenues :

1. Comprendre les symptômes spécifiques aux femmes
Les signaux d’une alerte cardiaque ne sont pas forcément les mêmes pour les femmes que pour les hommes, mais, en dehors des professionnels de santé, qui les connaît vraiment ? La communication sur ce sujet doit passer à la vitesse supérieure. Des vies en dépendent…

2. Repenser la prévention au féminin
S’il y a un domaine sur lequel les femmes se seraient passées de la parité, c’est bien celui-là ! Pourtant, elles rattrapent les hommes à grandes enjambées en matière de risque cardiovasculaire. Il y a donc bien un p roblème de prévention. À quand une prévention mieux adaptée aux femmes, mais aussi aux adolescentes ?

3. Messieurs les médecins faites un petit effort !
Existe-t-il des diagnostics sexués ? Des indices tendent à montrer que, face à un même symptôme, un médecin homme ira vers une prise en charge parfois différente d’un médecinfemme. Formations initiales et continues doivent prendre en compte ce paramètre. Les professionnels de santé masculins doivent également se poser des questions sur l’aggravation des maladies cardiovasculaires après la ménopause.

La pétition pour un Plan Cœur

La Fédération Française de Cardiologie lance un appel à la mobilisation du public avec le m anifeste « Engagez-vous pour que l’Etat réagisse face au fléau des maladies cardio-vasculaires » à signer via le site de la Fedecardio.org

Objectif cinq fruits et légumes

Apportant des vitamines, des minéraux, des antioxydants, des fibres, ils sont surtout faibles en matière grasse et permettent d’arriver facilement à satiété, évitant les tendances au grignotage.

On peut les consommer frais, surgelés ou en conserve tout en prenant soin, dans ce dernier cas, de bien les rincer afin d’éliminer les excédents de sel et de sucre (préférez les conserves de fruits au naturel plutôt qu’avec du sucre ajouté). Consommer les fruits et légumes frais en saison permet d’en réduire le coût.

Cinq portions de fruits et légumes par jour sont un objectif simple à atteindre. Une portion équivaut à environ 80 g ou une poignée (de cerises, de haricots, etc.) ou encore un fruit ou légume de taille normale (une pomme, une poire, une carotte, une tomate, etc.). N’oubliez pas non plus les fruits séchés (raisins, abricots, etc.) cette fois-ci en plus petite quantité pour une portion.

Pour y arriver :

  • préparez à l’avance légumes cuits ou crus qui seront ainsi rapidement disponibles pour vos repas ; l’assiette idéale devrait comporter une moitié de légumes ou de fruits, ou un mélange des deux,
  • consommez  un fruit au moment de votre petit-déjeuner, un autre à quatre heures en lieu et place d’une barre coupe-faim ou d’un gâteau, qui augmentent souvent la fringale,
  • prenez l’habitude de manger en entrée crudités ou soupes qui sont une bonne façon d’atteindre l’objectif.

Source : http://www.fedecardio.org du 11 Mars 2014

Cinq fruits et légumes à consommer en mars

Pamplemousse, pomme ou salsifi : découvrez notre sélection de fruits et légumes à mettre dans son assiette au mois de mars pour être en bonne santé.

Avec 322 kcals pour 1 fruit, l’avocat est très bon pour la santé et en particulier pour le cœur. Les matières grasses qu’il contient sont en fait des « bons » gras appelés acides gras monoinsaturés. Ces acides gras contribuent à diminuer le taux de « mauvais » cholestérol (LDL) sans pour autant faire diminuer le cholestérol HDL qui lui est bénéfique pour la santé. Grâce à sa teneur en vitamine B6 également appelée pyridoxine, l’avocat aide à la transformation du glycogène en glucose ce qui contribue au bon fonctionnement du système immunitaire en fournissant l’énergie nécessaire à l’organisme.Excellente source de fibres alimentaires, l’avocat aiderait aussi à lutter contre le cancer du côlon, préviendrait la constipation et permettrait de mieux contrôler le diabète de type 2.

Source : www.passeportsante.net du 6 Mars 2014

 

RETROUVEZ L'ASSOCIATION :

MENTIONS LÉGALES CONTACT

Page Facebook

Suivre sur Twitter

Copyright © www.amoc-asso.com - Réalisation : bvmcommunication  - Optimisation et développement : Reg Agency Reg Agency -  Tous droits réservés - Connexion